Les fêtes nationales ne sont pas une partie de plaisir pour les chiens effrayés par les pétards


J’ai en main le journal d’une grande surface – coopération no 29 du 19 juillet – et je recommande la lecture de la page 35 concernant les chiens qui n’apprécient ni les pétards, ni les feux d’artifice
Les conseils d’une professionnelle – le vétérinaire Anne-Marie Villars, chez laquelle nous allions lorsque nous avions encore nos chats et chiens – présentés par Anne-Marie Cuttat sont des plus intéressants et très utiles pour nos quatre pattes
On différencie la peur génétique, contre laquelle on ne peut rien faire, de la peur acquise: en effet, lors d’un soir de 1er août, un chien accompagné de son maître a acquis par exemple une phobie parce qu’un tiers a fait démarrer des pétards juste à côté de lui
Il peut ensuite transmettre sa peur à un autre chien, car les animaux apprennent aussi par imitation
Dans une situation de stress, le chien trouve en général un endroit où se cacher qu’il faut rendre agréable et sécurisant en y plaçant par exemple un diffuseur de phéromones apaisantes
IMG_2800
Faut-il caresser un chien qui a peur? Il est possible que l’on renforce sa peur en le caressant. Mais si on arrive à le détourner de sa peur juste en le faisant se déplacer un petit peu, il faut bien évidemment le féliciter
Il existe aussi toute une palette de médications à voir avec le vétérinaire traitant ains que …. des boules Quies pour chiens. On trouve ces bouchons de cire sur internet. Cela marche très bien pour les pétards. Cela ne fonctionne pas en revanche pour les orages, car ces derniers entraînent des modifications du champ magnétique auxquelles le chien est très sensible (NB: notre chienne voulait retirer la ouate que nous lui avions mises dans les oreilles, car nous ne connaissions pas encore le fait que des boules Quies étaient disponibles; nous lui avions fait comme un nœud d’œuf de Pâque avec une bande achetée à la pharmacie autour de la tête pour l’empêcher de se gratter, et cela à fonctionné; bien sûr, il faut que le quatre pattes ait les oreilles tombantes….)
Pour lire l’article complet:
Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Nouvelles alternatives à la recherche sur les animaux


(source texte : courrier des bêtes – juin 2016)

Il faut rappeler que l’expérimentation animale est subventionnée chaque année par 100 millions de francs ponctionnés aux contribuables. En regard, seulement 400’000 francs sont alloués chaque année aux expérimentions sans animaux, ce qui représente 0,4% du total

La science, la recherche, l’industrie et les autorités doivent accepter les défis de tests sans animaux pour éviter que ces derniers continuent de souffrir et pour renforcer la Suisse comme site économique et de recherche scientifique

La fondation Naef pour la recherche in vitro encourage les chercheurs et scientifiques qui développent des moyens de recherche efficaces et substitutifs à l’expérimentation animale

Elle attribue chaque année des prix pour apporter son soutien aux travaux les plus prometteurs et favoriser le développement de nouvelles méthodes

Les lauréats du prix 2016 démontrent que l’utilisation de cellules humaines permet de nouveaux développements dans l’étude des virus respiratoires, sans recours à l’expérimentation animale

La fondation a décidé de mettre à l’honneur les recherches de la professeure Caroline Tapparel-Vu et du professeur Laurent Kaiser dans le cadre de leurs études sur les infections virales

Les infection respiratoires sont la quatrième cause de mortalité à travers le monde, et la première cause pour les enfants de moins de cinq ans. Il n’existe à ce jour pas de vaccin, ni de traitements efficaces contre les virus responsables de ces infections et, en particulier, contre les plus fréquents, les rhino-virus. Il est indispensable d’améliorer les méthodes de recherche en utilisant de nouveaux modèles capables de reproduire fidèlement la maladie et son environnement

Dans ce but, les professeurs élus ont développé un modèle d’étude utilisant des tissus respiratoires humains et des virus circulant dans la population. Il s’agit de coller au plus près à la réalité médicale en simulant au mieux ce qu’il se produit dans un patient infecté. Preuve de l’intérêt de ce nouveau modèle: certains virus (les souches HRV de l’espèce C), qu’il était impossible jusque-là de cultiver, sont capables de se répliquer dans ce système in vitro, et peuvent ainsi enfin livrer leurs secrets aux chercheurs

Ce modèle permet d’étudier la réplication virale, mais aussi la façon dont les virus perturbent le tissu qu’ils infectent. Ces expériences représentent une alternative plus adéquate que les modèles basés sur les animaux et démontrent l’intérêt des méthodes de recherche in vitro

Pour de nombreux autres virus, on manque de modèles d’études simples et efficaces qui permettent de développer traitements et vaccins. Les projets de recherche des professeurs Tapparel-Vu et Kaiser sur des virus neurotropes étudiés in vitro permettront également à l’avenir d’ouvrir de nouvelles voies de recherche tout en limitant le recours à l’expérimentation animale

C’est une nouvelle qui réjouit particulièrement la SVPA

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

  Piège à mouches avec poison ou pas: où en est-on ?


002

Bien que la vie d’un insecte puisse paraître dérisoire, je communique un message auquel j’adhère complètement

Lorsqu’on regarde un document animalier, on n’a pas « forcément » compassion de la mise à mort des insectes. Et pourtant, tout animal vivant souffre, même les mouches

Je soulève aussi le point crucial qu’avec certaines méthode, outre le fait que les mouches se noient après s’être débattues durant des heures dans les pièges sans poison, ceux avec insecticides sont toxiques aussi pour le reste de la chaîne alimentaire, car empoissonnées, elles contribuent à l’altération de la chaîne alimentaire des oiseaux qui les ingèrent, par exemple

Voici donc un moyen d’éliminer les insectes sans poison, sans chimie, sans provoquer des souffrances qu’on peut éviter

– l’attrape mouche électrique

Il provoque la mort instantanément par électrocution

Certains appareils émettent une lumière verte, qui attire encore mieux les mouches. Un tiroir sous l’appareil permet d’évacuer les cadavres d’insectes

Par ailleurs, il existe, pour les individus isolés, la tapette à mouches, mais aussi la raquette qui se présente comme une de tennis et qui électrocute également

On peut penser également à installer des moustiquaires
Source texte: courrier des bêtes juin 2016 no 471

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les robots de tonte, pour ou contre?


{source texte: courrier des bêtes, juin 2016}

Il y a des avantages, mais le plus grand inconvénient vient du fait que ces appareils ne sont pas munis d’appareils de détection suffisamment performants pour repérer les jeunes hérissons – parfois même des adultes – qui se trouvent sur leur chemin

168561_406855242691398_965121684_n

Résultat: ces petits animaux, qui ont pour système de défense de se mettre en boule au lieu de prendre la fuite, sont alors taillés en pièces par l’implacable machine

De ce fait, on ne retrouve alors de ces adorables petits mammifères que de pathétique petites boules de piquants sans vie

Déconseillons donc leur utilisation et incitons les amis des animaux à favoriser une tonte manuelle

Au mieux, si vous décidez toutefois quand même de faire appel à ces engins, s’assurer que tout a été mis en oeuvre pour éviter au maximum ces accidents mortels

– fouille préalable du terrain
– clôture si possible
– surveillance de la machine pendant qu’elle travaille
– et évidemment ne pas l’utiliser pendant la nuit, puisque c’est là que le hérisson est le plus actif

Le petit animal vous en remerciera, de même que vos voisins, même si ces machines sont très silencieuses

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Eviter des souffrances et des empoisonnement inutiles chez les animaux


Lorsqu’on regarde un document animalier, on n’a pas « forcément » compassion de la mise à mort des insectes

Et pourtant, tout animal vivant souffre, même les mouches

Bien que la vie d’un insecte puisse paraître dérisoire, je communique un message auquel j’adhère complètement; je soulève aussi le point crucial qu’avec certaines méthode, outre le fait que les mouches se noient après s’être débattues durant des heures dans les pièges sans poison, ceux avec insecticides sont toxiques aussi pour le reste de la chaîne alimentaire, car empoissonnées, elles contribuent à l’altération de la chaîne alimentaire des oiseaux qui les ingèrent, par exemple

Voici donc un moyen d’éliminer les insectes sans poison, sans chimie, sans provoquer des souffrances qu’on peut éviter

– l’attrape mouche électrique

Il provoque la mort instantanément par électrocution

Certains appareils émettent une lumière verte, qui attire encore mieux les mouches. Un tiroir sous l’appareil permet d’évacuer les cadavres d’insectes

Par ailleurs, il existe, pour les individus isolés, la tapette à mouches, mais aussi la raquette qui se présente comme une de tennis et qui électrocute également

On peut penser également à installer des moustiquaires

Source texte: courrier des bêtes juin 2016 no 471

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Une botte ….. de radis !


Saison et origine

La saison des radis court d’avril à octobre. bien que formant des bulbes dépassant du sol, ces derniers sont considérés comme des légumes-racines

Variétés

La sorte la plus connue et la plus appréciée présente une couleur rouge vif. Il en existe également d’autres, aux extrémités blanches ou entièrement blanches de forme oblongues appelées radis-glaçons. Leur goût ressemble à celui du radis blanc de Munich. Quelque soit la variété, la chair du radis est blanche, tirant sur le rose

En cuisine

Les radis se savourent volontiers crus, râpés dans des salades ou encore en rondelles sur du pain beurré, avec une pincée de sel

Au cas où les légumes sont un peu ratatinés, ils retrouvent toute leur fraîcheur lorsqu’on les trempe brièvement dans l’eau glacée

Astuce de conservation

Enveloppés dans un linge humide, les radis se conservent jusqu’à cinq jours au réfrigérateur

Ne pas jeter les feuilles

Les feuilles de radis sont elle aussi comestibles. Elles contiennent des arômes épicés et s’utilisent autant dans des plats froids que chauds. Elles entrent dans la composition du pesto, de smoothies et de potages aux légumes

On peut aussi les préparer comme des épinards ou les couper fin et les faire revenir brièvement dans du beurre

 

Source texte : Article paru dans le magazine Migros MMM15, 11 avril 2016, en collaboration avec cuisine de saison (www.saison.ch) 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

De la couleur : betterave


(article paru dans le magazine Coopération no 46 du 10 novembre 2015)

Ce légume racine se prête à une utilisation très variée. Disponible en plusieurs couleurs, il est également très décoratif (rouge, chioggia, jaune ou blanche)

La betterave blanche est notamment utilisée pour la fabrication du sucre: c’st la fameuse « betterave à sucre ». Quant à la chioggia, elle fait la belle sur les tables étoilées, qui l’ont adoptée à l’unanimité dans leurs assiettes de légumes assortis, crus, vapeur ou rôtis

Mais c’est la betterave rouge qui est la plus connue et sa couleur est si prononcée qu’on en fait des colorants en industrie

P1010874

Crue ou cuite

La betterave se consomme crue ou cuite. On peut également en boire le jus ou la préparer en chips. A noter que les fanes sont elles aussi comestibles

Ce légume est très facile à stocker: on ne le sait pas forcément, mais les betteraves sont disponibles toute l’année. En Suisse cependant, c’est surtout durant l’hiver qu’elles sont à l’honneur

Cuite, il suffit de la peler, puis de la râper ou de la couper en lamelles façon carpaccio. Crue, on peut la déguster râpée ou bien la faire cuire à l’eau bouillante salée au moins une heure.

Et pour changer, faisons donc, comme le suggère Sylvia Gabet (journaliste), un gaspacho original pour l’apéro

Recette pour quatre personnes

Mixer 1 à 2 betteraves crues ou cuites de 100 à 120 gr, pelées, avec 1 concombre pelé et épépiné, 3 tomates, 1 petit oignon, 1 gousse d’ail, 2 yogourts au lait de chèvre, du sel et du poivre

Décoration: coriandre effeuillée ou quelques germes de betteraves

Colorant

P1010926

Le jus de cette racine peut servir de colorant naturel; il confère ainsi une jolie couleur à un glaçage ou encore à la pâte à nouilles

Version slave

En Pologne, la betterave est cuisinée avec du raifort pour préparer un mets populaire, le « Cwikla z chrzanem ». En voici la recette :

http://toutlemondeatabl.canalblog.com/archives/2013/04/01/26788135.html

Et les Russes n’imaginent ps le bortsch sans elle; découvrez ce met ici:

http://www.marmiton.org/recettes/recette_bortsch-russie_11483.aspx

Etymologie
La betterave était jadis appelée « bette-rave », à cause de ses feuilles semblables à celles des bettes et de sa racine appelée rave. Au fil du temps, le trait d’union a disparu pour donner un seul et même mot

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire