Si on dit respecter et aimer la faune


Galvauder le mot aimer et quand on dit aimer, mais que ce n’est pas vrai, parce que l’égoïsme est au rendez-vous

En effet, l’égotisme (son propre intérêt) empêche d’avoir un discernement sain.

Ici, je ne parle pas des gens qui ne sont pas au courant des méthodes à proscrire (maintenant ils le sont), mais de ceux qui, pour avoir « la photo » attire les oiseaux soit par la nourriture, soit par des appeaux , ou qui dérangent la nidification de différentes espèces également. D’ailleurs, cela est dénoncé par tout ornithologue qui se respecteVoici mon coup de gueule pour ceux qui savent et qui continuent à le faire

Et non, nous n’irons pas à la Gemmi où cette pratique du nourrissage est courante chez certains photographes sans éthique

Et nous ne nous y rendrons pas même une fois d’ailleurs: car cela relèverait du fait de l’égocentrisme et cautionnerait l’agissement des intéressés

Si vous vous posez la question de savoir pourquoi il ne faut pas le faire présentement (un exemple parmi tant d’autre) pour le Gypaète, c’est que ce n’est pas bien de les nourrir pour les attirer en tous les cas et ici, cela est en train de mettre en danger le couple et la nichée des Gypaètes actuellement; car la concentration d’oiseaux de la même espèce engendre des conflits de territoires et cela risque bien de provoquer le départ des deux Gypaètes barbus ayant élus domicile actuellement et malheureusement, il y a risque donc que la reproduction n’ait pas la finalité espérée

L’image contient peut-être : 1 personne, oiseau
Je sais que pour certains les lois sont là malheureusement pour les contourner, cautérisant ainsi leur conscience: j’en ai l’exemple actuellement au quotidien. Mais on notera ceci: « il est légalement interdit de déposer des cadavres ou des déchets de cadavres d’animaux »
Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La coquine de petite Rouquine


Pour que cela n’arrive plus,  voici comment remédier à ce que l’Ecureuil roux ne vous chourave plus vos bulbes de fleurs

fullsizeoutput_2454fullsizeoutput_245ffullsizeoutput_2455fullsizeoutput_2452fullsizeoutput_2457fullsizeoutput_245afullsizeoutput_245efullsizeoutput_245dfullsizeoutput_2461fullsizeoutput_2462fullsizeoutput_2463fullsizeoutput_2464

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La neige à la maison


fullsizeoutput_17a5

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Pour des décos rigolotes ou plus sérieuses


Voici le lien d’une collection sur la toile

bricolage

Pour les petits et les grands

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les fêtes nationales ne sont pas une partie de plaisir pour les chiens effrayés par les pétards


J’ai en main le journal d’une grande surface – coopération no 29 du 19 juillet – et je recommande la lecture de la page 35 concernant les chiens qui n’apprécient ni les pétards, ni les feux d’artifice
Les conseils d’une professionnelle – le vétérinaire Anne-Marie Villars, chez laquelle nous allions lorsque nous avions encore nos chats et chiens – présentés par Anne-Marie Cuttat sont des plus intéressants et très utiles pour nos quatre pattes
On différencie la peur génétique, contre laquelle on ne peut rien faire, de la peur acquise: en effet, lors d’un soir de 1er août, un chien accompagné de son maître a acquis par exemple une phobie parce qu’un tiers a fait démarrer des pétards juste à côté de lui
Il peut ensuite transmettre sa peur à un autre chien, car les animaux apprennent aussi par imitation
Dans une situation de stress, le chien trouve en général un endroit où se cacher qu’il faut rendre agréable et sécurisant en y plaçant par exemple un diffuseur de phéromones apaisantes
IMG_2800
Faut-il caresser un chien qui a peur? Il est possible que l’on renforce sa peur en le caressant. Mais si on arrive à le détourner de sa peur juste en le faisant se déplacer un petit peu, il faut bien évidemment le féliciter
Il existe aussi toute une palette de médications à voir avec le vétérinaire traitant ains que …. des boules Quies pour chiens. On trouve ces bouchons de cire sur internet. Cela marche très bien pour les pétards. Cela ne fonctionne pas en revanche pour les orages, car ces derniers entraînent des modifications du champ magnétique auxquelles le chien est très sensible (NB: notre chienne voulait retirer la ouate que nous lui avions mises dans les oreilles, car nous ne connaissions pas encore le fait que des boules Quies étaient disponibles; nous lui avions fait comme un nœud d’œuf de Pâque avec une bande achetée à la pharmacie autour de la tête pour l’empêcher de se gratter, et cela à fonctionné; bien sûr, il faut que le quatre pattes ait les oreilles tombantes….)
Pour lire l’article complet:
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Nouvelles alternatives à la recherche sur les animaux


(source texte : courrier des bêtes – juin 2016)

Il faut rappeler que l’expérimentation animale est subventionnée chaque année par 100 millions de francs ponctionnés aux contribuables. En regard, seulement 400’000 francs sont alloués chaque année aux expérimentions sans animaux, ce qui représente 0,4% du total

La science, la recherche, l’industrie et les autorités doivent accepter les défis de tests sans animaux pour éviter que ces derniers continuent de souffrir et pour renforcer la Suisse comme site économique et de recherche scientifique

La fondation Naef pour la recherche in vitro encourage les chercheurs et scientifiques qui développent des moyens de recherche efficaces et substitutifs à l’expérimentation animale

Elle attribue chaque année des prix pour apporter son soutien aux travaux les plus prometteurs et favoriser le développement de nouvelles méthodes

Les lauréats du prix 2016 démontrent que l’utilisation de cellules humaines permet de nouveaux développements dans l’étude des virus respiratoires, sans recours à l’expérimentation animale

La fondation a décidé de mettre à l’honneur les recherches de la professeure Caroline Tapparel-Vu et du professeur Laurent Kaiser dans le cadre de leurs études sur les infections virales

Les infection respiratoires sont la quatrième cause de mortalité à travers le monde, et la première cause pour les enfants de moins de cinq ans. Il n’existe à ce jour pas de vaccin, ni de traitements efficaces contre les virus responsables de ces infections et, en particulier, contre les plus fréquents, les rhino-virus. Il est indispensable d’améliorer les méthodes de recherche en utilisant de nouveaux modèles capables de reproduire fidèlement la maladie et son environnement

Dans ce but, les professeurs élus ont développé un modèle d’étude utilisant des tissus respiratoires humains et des virus circulant dans la population. Il s’agit de coller au plus près à la réalité médicale en simulant au mieux ce qu’il se produit dans un patient infecté. Preuve de l’intérêt de ce nouveau modèle: certains virus (les souches HRV de l’espèce C), qu’il était impossible jusque-là de cultiver, sont capables de se répliquer dans ce système in vitro, et peuvent ainsi enfin livrer leurs secrets aux chercheurs

Ce modèle permet d’étudier la réplication virale, mais aussi la façon dont les virus perturbent le tissu qu’ils infectent. Ces expériences représentent une alternative plus adéquate que les modèles basés sur les animaux et démontrent l’intérêt des méthodes de recherche in vitro

Pour de nombreux autres virus, on manque de modèles d’études simples et efficaces qui permettent de développer traitements et vaccins. Les projets de recherche des professeurs Tapparel-Vu et Kaiser sur des virus neurotropes étudiés in vitro permettront également à l’avenir d’ouvrir de nouvelles voies de recherche tout en limitant le recours à l’expérimentation animale

C’est une nouvelle qui réjouit particulièrement la SVPA

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

  Piège à mouches avec poison ou pas: où en est-on ?


002

Bien que la vie d’un insecte puisse paraître dérisoire, je communique un message auquel j’adhère complètement

Lorsqu’on regarde un document animalier, on n’a pas « forcément » compassion de la mise à mort des insectes. Et pourtant, tout animal vivant souffre, même les mouches

Je soulève aussi le point crucial qu’avec certaines méthode, outre le fait que les mouches se noient après s’être débattues durant des heures dans les pièges sans poison, ceux avec insecticides sont toxiques aussi pour le reste de la chaîne alimentaire, car empoissonnées, elles contribuent à l’altération de la chaîne alimentaire des oiseaux qui les ingèrent, par exemple

Voici donc un moyen d’éliminer les insectes sans poison, sans chimie, sans provoquer des souffrances qu’on peut éviter

– l’attrape mouche électrique

Il provoque la mort instantanément par électrocution

Certains appareils émettent une lumière verte, qui attire encore mieux les mouches. Un tiroir sous l’appareil permet d’évacuer les cadavres d’insectes

Par ailleurs, il existe, pour les individus isolés, la tapette à mouches, mais aussi la raquette qui se présente comme une de tennis et qui électrocute également

On peut penser également à installer des moustiquaires
Source texte: courrier des bêtes juin 2016 no 471

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire